Monday, 18 January 2016

Artists Interviews Part 3 - "Art'Drenaline" Festival - November 2015

Ephraïm Loeb's Artworks for "Art'Drenaline" Festival, November 2015
Discover Israeli Artists: Lilac Abramski-Arazi - Heike Zaun-Goshen - Ephaïm Loeb


Friday, 15 January 2016

ABOUT DAN GROOVER, ISRAELI POP ART & STREET ART ARTIST by SaHaD

"1948" by Dan Groover
Talpiot, Jerusalem. The manufacturers and factories district. Here, on top of a building full of craft shops, Dan Groover – the Israeli Andy Warhol – has installed his headquarters, the Art’Drenaline Factory. From the moment we walk in, the smell of spray cans, turpentine and other legal substances announce the color. We enter the artistic experiences lab, between Street Art, Pop Art and Judaic Art.

Sarah SaHaD: An artist’s den is always a magical secret for the uninitiated. Thank you for having us here.

Dan Groover: It is always a pleasure to welcome; by sharing, an artist is able to face his public, to get to know him, and this is what makes us rich. Giving out is what makes our art alive.

Sarah SaHaD: When we arrived here we were immediately impressed by your work table, overrun with spray cans and covered in colors. For the readers who are not yet familiar with your work, can you tell us who you are, Dan Groover?

Dan Groover: As a young man I was already involved in the Hip-Hop community, I participated in Break Dance battles in Paris, on the Place du Trocadero and in clubs. These were the 80’s, the intense years of the movement. One night, I was fourteen, I made a wall with a friend and created my first Graffiti. When tasting the Street Art, the adrenaline goes up and immediately we feel the need to start again. After the Parisian subways I met the wild walls of Guadeloupe. Hi-Hop had not yet entered there, and I had only one idea in mind, pretend being an explorer and cover all the walls of the island with my paintings; up until the longest one ever created in Street Art, the 600 m wall of the Baie-Mahault stadium, and I nailed it! After several Caribbean years, the painting, exhibitions, the islands became too small to express and advance my creation. I needed more content, to go beyond my own limitations; through my art I rediscovered my Jewish identity. I decided to make aliyah independent of the Jewish Agency and once here I looked around with my artist eye and realized I had touched something bigger and new. Oddly, it was in yeshivot and the study of three thousand year old texts that I grasped the true dimension of being Jewish and of Israel. After seven years of study I couldn’t paint in the same way anymore, but my form of expression was still painting. I couldn’t paint rabbis in the classical sense, but to “spray” the hidden meaning of the Hebrew letter, that is something I can do. Modernizing classic Jewish art images through contemporary techniques, thus making them accessible to a new language and a new generation is like a challenge and memory work at the same time.

Sarah SaHaD: You speak about “the duty to remember”; as a matter of fact, there is a lot of Israeli history in your works… 

Dan Groover: I was born in Israel and I lived here until the age of five. The childhood stories that I heard from my father were stories of the kibbutz, the life in Israel, the Six Day War, the Independence, recapture of Jerusalem. These are first memories of my father, but in the same time it is about telling the story from History. Too often we forget that the return to Israel is part of something that started long ago, long before the creation of the state in 1948, and much bigger than Zionism. And that was what Pascal Elbe had notably questioned the Canadian journalists or the Arte film crew for 24H Jerusalem during his interview on Israel.

Sarah SaHaD: Dan Groover’s art is an entire program! What are you working on now?

Dan GrooverI will present my new artworks collection during an artistic night event, “Turn Art On”, on Thursday, January 28th, 2016, from 7 P.M. Emmanuel Turk, the founder of Icube, invited me to expose at the new building project Hanamal street, 12, Jaffa-Tel Aviv. You’ll discover my universe through Graffiti, Calligraphy, Light Painting and Photography; and you’ll have more surprises with video projections and musical ambiance.
I am fortunate to do what I do best and what I like, I am always on the lookout for new techniques, I like to meet new creative challenges: painting with light, or in reverse on Plexiglas, imagine laser cut objects, etc. The content remains the most important, and this is expressed, for example, with the Jacob’s Ladder Project, carried out together with Sarah SaHaD. Two years ago Sarah put together the Art’Drenaline Company and together we organize art projects, on which is built an interaction between artist, public and the art, decoration, design, fashion professionals. The Jacob’s Ladder Project is one of these projects, where we fused Words and Images, between Sarah’s poetry and some of my works – such as an image of Broadway, a photo I took during one of my trips to New York, and in the middle of the street, a piano keyboard that goes up to heaven; some will see here a Pop Art creation, others, perhaps, the ladder from Jacob’s dream. The words will then come to support the meaning, the understanding of the image through poems, let’s say “inspired.” We must express and live our story, and the Street Art and Pop Art seem to me good means of expression, because they are simply those that are used today.

Leaving Dan Groover’s studion is like leaving with a big breath of oxygen and a desire to see the world from another angle, by first starting a trip to discover oneself and his story… in Israel.

To see more & buy online: Dan Groover
C
ontact: art.drenaline@yahoo.com


SaHaD

Thursday, 14 January 2016

Gartner




 

 

 




GARTNER, OU LA MÉMOIRE DU MONDE by SaHaD

"Ligbar" by Gartner

Chaque parcours est insolite, chaque chemin est semé d’embuches et de parterre de roses. L’histoire de l’artiste Gartner est, comme toutes les histoires d’hommes, unique dans la mémoire du monde.
Né à Anvers, dans la région flamande de la Belgique, les Juifs parlent entre eux le français, et presque toute la communauté travaille alors le diamant – Gartner apprendra même le Yiddish en y côtoyant les Hassidim. Ses deux parents sont des survivants de Auschwitz – plus de la moitié de leurs familles ne reviendront pas (son père y perdra sa première famille, femme et enfants za’’l). Dans ce monde du silence pesant que l’on ne comprend pas toujours même à demi mots, Gartner se tourne très jeune vers la musique, transporté un temps par les sons et les mélodies qui vous bercent et vous envolent. Il compose, travaille avec de grands noms de la chanson française. Puis la peinture entre soudainement dans sa vie, pour ne plus en sortir, dès 1991 avec sa première exposition à New-York. S’enchaînent alors les salons et les expositions entre la Belgique, la France, Monaco, le Canada, les Etats-Unis… et Israël. Au mois de novembre 2015, le peintre a participé au Festival « Art’Drenaline » qui a eu lieu au musée Heichal Shlomo de Jérusalem, pour une exposition collective d’artistes israéliens contemporains, chacun d’horizons graphiques et géographiques différents.
Avec son installation en Israël, les couleurs de sa palette se sont éclaircies, ses ocres sont imprégnées de l’éclat du soleil du désert, et ses rouges puissants sont imbibés de la chaleur flamboyante des nuits d’été. Chaque toile est préparée en lui donnant une structure et du relief au moyen de collages : « La texture, c'est la vie ; comme une peau, ce n'est jamais lisse, il y a des crevasses, des trous, des rides », et puis vient le temps de l’histoire, avec ses ronds et ses courbes – leitmotiv qui suit chacune de ses œuvres comme un fil qui jamais ne se rompt. L’artiste dira lui-même : « J’aurais voulu retenir le temps qui avance inexorablement et laisser quelques-unes de mes traces dans la mémoire des hommes ».


SaHaD
(Article publié dans le Futé Magazine n°223)


Pour plus d'informations sur l'artiste : Gartner

«TURN ART ON», SOIRÉE ARTISTIQUE AVEC DAN GROOVER by SaHaD

"Turn Art On"by Dan Groover

L’art contemporain de Street Art et de Pop Art de Dan Groover, artiste franco-israélien, s’exposera dans le cadre féerique de Yafo-Tel Aviv, le jeudi 28 janvier 2016, à partir de 19H, dans la résidence Hanamal 12.

La société Art’Drenaline et David-Yossef Sanhédrine, présenteront la nouvelle collection de l’artiste, « Turn Art On », un regard sur la société contemporaine israélienne et internationale, lors d’une soirée sur fond de projection vidéo, cocktail et ambiance musicale.
Invité par Emmanuel Turk, le fondateur de Icube, à exposer ses œuvres dans un lieu privé, face au port historique de Yafo-Tel Aviv, l’artiste fera découvrir son univers dans des créations aux techniques très variées, comme le Graffiti, la Calligraphie, le Light Painting et la Photographie, qui sont son quotidien depuis plus de vingt-cinq ans. 
Tout au long de sa carrière artistique, Dan Groover a participé à des projets d’envergures, en travaillant sur la plus grande fresque murale de l’époque en Graffiti longue de 600 mètres, des décors de films et de concerts, comme celui de James Brown lors de sa tournée caribéenne, ou encore l’enseignement du Street Art à La Guardia School, déjà dans les années 1990. Plus récemment, il a participé au Festival des Lumières de Jérusalem, et a été commissionné pour offrir une œuvre au chanteur Alpha Blondy lors de son concert en Israël, et à l’ancien président Shimon Perez pour son cadeau à son 90ème anniversaire.
L’artiste Mordeli, invité par Dan Groover, présentera ses sculptures.
Pour acheter les oeuvres de l’artiste, en ligne (la nouvelle collection paraître le 28/01) : DAN GROOVER
Jeudi 28 Janvier
Hanamal street, 12
Yafo-Tel Aviv
A partir de 19H
Entrée libre


SaHaD
(Article publié dans le Times of Israel Français)

Sunday, 10 January 2016

“TURN ART ON” ARTISTIC NIGHT EVENT WITH DAN GOOVER by SaHaD

"Turn Art On" Invitation by Dan Groover

The Street Art and Pop Art contemporary creations of Dan Groover, Franco-Israelian artist, will be put on display in the fairytale setting of Tel Aviv-Yaffo on Thursday, January 28th, 2016, from 7 P.M., at the building on 12 HaNamal Street.
The Art’Drenaline Company and David-Yossef Sanhedrine, will exhibit the new collection of the artist, “Turn Art On,” a glance at the contemporary Israeli and international society, through an evening with video projections, cocktails and musical ambiance.
Invited by Emmanuel Turk, the founder of Icube, to exhibit his work privately, opposite the historic port of Tel Aviv-Yaffo, the artist will reveal his universe in creations employing various techniques, such as Graffiti, Calligraphy, Light Painting and Photography, daily present in his life over the past twenty-five years.
All along his artistic career, Dan Groover has been involved in great projects, working on the largest Graffiti mural of the time, 600 m long, movie and concert sets, such as the one used by James Brown for his Caribbean tour, or teaching Street Art at the La Guardia School as early as the 90’s. More recently, he participated in the Festival of Lights in Jerusalem and has been commissioned to present a work to the singer Alpha Blondy on the occasion of his concert in Israel and to the former president Shimon Perez, as a present for his 90th birthday.
The artist Mordeli is invited by Dan Groover to expose his sculptures.

Thursday 28th of January
Hanamal street, 12
Jaffa-Tel Aviv
From 7pm
Free entrance
SaHaD
(Published in Blog of Times of Israel)

Tuesday, 5 January 2016

Artists Interviews Part 2 - "Art'Drenaline" Festival - November 2015

Tami Gutman's Artworks for "Art'Drenaline" Festival, November 2015
Discover Israeli Artists: Tami Gutman - Yaacobi - Itamar Mizrahi


Sunday, 3 January 2016

STOCKHOLM, LA « VENISE DU NORD » by SaHaD

Stockholm

Magique et féerique pour tous contes aux décors de neige, avec d’imposants palais et ses rues pavées en son centre, la ville de Stockholm a le charme de ces villes européennes construites au Moyen-Age autour d’un point d’eau, et qui en ont fait leur cœur. Cette « Venise du Nord » (à l’instar de Bruges, en Belgique, à Saint-Pétersbourg en Russie, et à Amsterdam, aux Pays-Bas), s’est fondée sur quatorze îles, se trouvant sur la côte orientale de la Suède, qui font toutes partie de l'archipel de Stockholm, en pleine mer Baltique, à l'embouchure du lac Mälar, et reliées entre-elles par cinquante-sept ponts ; faisant de l'eau un élément omniprésent puisqu'elle représente environ 30 % de la superficie de la ville avec une proportion identique pour les espaces verts. L'important archipel, constitué d'environ vingt-quatre milles îles et entouré de forêts vierges, est un lieu de détente prisé des habitants de la ville qui aiment s'y rendre le week-end ainsi que le mercredi après-midi.
Juste à quelques mètres de la capsule de temps où se trouve Gamla Stan  – la Vieille Ville située sur la petite île de Stadsholmen – au cadre calme et idyllique avec d'étroites ruelles, le Palais Royal, le Musée Nobel ou la maison de la noblesse, le centre-ville moderne brille comme les pages d'un magazine, entre grands magasins, musées d’art, cuisine inventive et design d’avant-garde. La partie principale de Stockholm est constituée de plusieurs quartiers au caractère distinct, qui constituent autant de lieux à visiter. Djurgården, une des îles de Stockholm, rassemble les principales attractions touristiques de la ville. On y trouve le Musée Vasa, Skansen, le Musée Nordique, le Musée ABBA, le parc d'attraction de Gröna Lund ainsi qu'un grand parc. Södermalm est un quartier très animé, où se trouvent de nombreuses discothèques. La place de Mariatorget y est un lieu très prisé, ainsi que les nombreuses églises. Les autres quartiers notables sont Norrmalm, Östermalm, Kungsholmen ou Skeppsholmen. Capitale de la Suède, Stockholm abrite une grande partie des principaux lieux culturels de Suède, dont des théâtres, une centaine de musées (les plus célèbres sont le Musée Vasa, Skansen, le Musée Historique, le Musée ABBA, le Musée d'Art Moderne, le Musée National des Beaux-Arts, le Muséum Suédois d'Histoire Naturelle ou encore le Musée Nordique) ou des opéras ; elle a par ailleurs été capitale européenne de la culture en 1998. Stockholm possède deux orchestres de renom : l'orchestre philharmonique royal de Stockholm et l'orchestre symphonique de la radio suédoise. Dans la ville et ses environs, se trouvent deux sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, le château de Drottningholm et le cimetière de Skogskyrkogården.

C’est dès la fin du XVIIème siècle, que des marchands juifs fréquentent les ports suédois mais ils ne sont pas autorisés à s'y établir. Charles XII les autorisera à s’installer en Suède sans abjurer leur religion – droit limité à de petites villes ou à la campagne, car ceux sont les marchands juifs qui gèrent la paie de ses armées. Après sa mort en 1718, ces marchands financent à plusieurs reprises la maison royale et insistent pour obtenir en échange de meilleurs droits pour leurs coreligionnaires. Huit Juifs vivent à Stockholm jusqu'en 1734. Le premier Juif à obtenir en 1774 le droit de s'établir en Suède sans se convertir est Aaron Isaac, un graveur de sceaux et mercier venu de Poméranie.
Le premier Minyan est établi à Stockholm en 1775 et la première communauté disposant d'une synagogue s'installe entre 1775 et 1779 dans le port de l'île de Marstrand, non loin de Göteborg. La Grande Synagogue de Stockholm, où l’on y célèbre le judaïsme Massorti (ou conservateur), se situe dans la petite rue Wahrendorffsgatan, près du parc Kungsträdgården. La construction du bâtiment date de 1867-1870 et a suivi les plans de 1862 de l'architecte Fredrik Wilhelm Scholander. Une synagogue plus ancienne était utilisée de 1790 à 1870 à Tyska, dans la Vieille Ville, et succédait déjà à un précédent lieu de culte situé à Köpmantorget et utilisé entre 1787 et 1790.
Sur les 12 000 Juifs vivant dans le grand Stockholm, 4 000 sont membres de la communauté juive (Judiska Församlingen) qui compte trois synagogues, la Grande Synagogue de rite Massorti et deux autres de rite orthodoxe.
L'une des deux salles du Musée Juif (Judiska Museet) est consacrée au thème de l'intégration des Juifs dans la société suédoise, et au rôle qu'ils ont joué dans la littérature, les sciences, l'industrie et le commerce. L'exposition s'ouvre sur l'année 1774, date à laquelle, pour la toute première fois, un Juif, Aaron Isaac, put s'installer en Suède, avec le droit de pratiquer sa religion. La rétrospective s'achève avec un aperçu sur la communauté des 18 000 Juifs suédois dont la moitié vit aujourd'hui à Stockholm ou dans ses environs. Une grande partie de l'exposition souligne le rôle de la Suède, pays protecteur des Juifs norvégiens et danois, au cours de la Seconde Guerre mondiale. La seconde salle expose divers objets de culte et montre comment, au travers d'une existence souvent précaire, les Juifs ont veillé à perpétuer leurs traditions.
L’émancipation et l’égalité devant la loi pour les Juifs ne datant que de 1910. Depuis quelques années, malheureusement, la situation pour les Juifs se dégrade en Suède.

LE SAVIEZ-VOUS ?
-    Stockholm s'écrit et se prononce différemment dans d'autres langues : Holmia en latin, Stockholbma en same, Stokholma en letton, Estocolmo en portugais et espagnol, Stokholmas en lituanien, Tukholma en finnois, Stokholmi en meänkieli, Stokkhólmur en islandais, Stoccolma en italien, Sztokholm en polonais, Stokgol'm (Стокгольм) en russe, Sutokkuhorumu (ストックホルム) en japonais, Sídégēěrmó (斯德哥尔摩) en chinois. En anglais, en néerlandais et en allemand, Stockholm s'écrit de la même façon mais se prononce légèrement différemment.

-     Stockholm est le lieu de résidence officielle du roi Carl XVI Gustav.

-   Les températures ne sont jamais descendues au-dessous de - 25 °C depuis l'hiver 1986-19876. Le nombre d'heures d'ensoleillement est 1900 heures.

-    Nelly Sachs (1891-1978), née à Berlin et devenue suédoise, remporte le prix Nobel de littérature en 1966, pour son œuvre sur la Shoah.

SaHaD
(Article publié dans le Lo'La Magazine, Janvier-Février 2016)