Sunday, 24 April 2016

ISRAELI CONTEMPORARY ART, ACCESSIBLE TO EVERYONE WITH "UNDER A THOUSAND GALLERY" by SaHaD

by Bazooka Joe
Two years have already gone since the gallery based on an attractive concept established its presence in the nonconformist Florentine neighborhood. Under A Thousand Gallery is the gallery that sells Israeli contemporary art for prices under a thousand dollars. From Kadishman to Tumarkin, going through the Street Art artists and the emerging scene, Under A Thousand knew to present itself to the Israeli public as a reference gallery offering a wide range by exhibiting almost one hundred and seventy artists, with a variety of more than a thousand artworks at prices accessible to everyone. For Eli Edri, the gallery owner, the idea is to offer to the young artists a place to exhibit and to the visitors the chance to acquire original works for every budget; art as part of the interior design is democratic. Building on his success, a new space opened in the highly regarded Dan Design Center, in Bnei Brak, in the very center of design and decoration.
This Tuesday, April 26th, there will be a presentation of the artist Bazooka Joe and his work, around his new exhibition “From there to here,” directed by the renowned Israeli dancer and choreographer Ido Tadmor. The painter, a man who grew up in dicey, dark neighborhoods, together with prostitutes at home in a world full of hard drugs, leading to crime and prison, where he spent half of his life.
How did a person at the bottom of the ladder, a person with a dark and hard past, become one of the most promising artists of the contemporary art? How could he become a support for addicts and the homeless in only seven years? How did a pariah, an unwanted child, become one of the most sought for artists in Tel Aviv? It was through his numerous exhibitions and sold paintings – of which one was sold at Tirosh in an auction – and through the interest of the collectors and wide public.  
This exhibition emphasizes the creative evolution of the artist during these past seven years. While he has never studied the painting techniques in a formal way, he follows his keen eye and his inspiration. Inspired particularly by Pablo Picasso, Frida Kahlo and Jean-Michel Basquiat – artists also known for their serious substance abuse problem - Bazooka Joe has created his own universe, built around “third sex” characters. In his view, man and woman are one and in this sense they are one and the same person.  
Outstanding visual experience; it is recommended to reserve a place in advance as space is limited.  

Tuesday, April 26th, at 7:30 P.M.
Abarbanel street 38, Florentine Tel Aviv
Reservation only, limited space
Phone: 03-652-6061

Under A Thousand:
Abarbanel street 60, Florentine, Tel Aviv, Phone: 03-652-6061
Leh’’i street 2, Dan Design Center, Bnei Brak, Phone: 03-642-1199

SaHaD
(Article published in blog Times of Israel)

Friday, 22 April 2016

L’ART CONTEMPORAIN ISRAÉLIEN ACCESSIBLE À TOUS AVEC "UNDER A THOUSAND GALLERY" by SaHaD

by Bazooka Joe

Voilà maintenant deux ans que s’est installée dans le quartier atypique de Florentin la fameuse galerie au concept qui en a déjà séduit plus d’un, Under A Thousand Gallery – la galerie qui vend l’art contemporain israélien à moins de mille dollars. De Kadishman à Tumarkin, en passant par des artistes de Street Art et de la scène émergente, Under A Thousand a su s’imposer au près du public israélien comme galerie de référence, en proposant un large choix en exposant près de cent soixante-dix artistes, avec un éventail de plus de mille créations à des prix accessibles à tout public. Pour le galeriste Eli Edri, l’essentiel étant d’offrir aux jeunes artistes un lieu d’exposition, et aux visiteurs la possibilité d’acquérir des œuvres originales pour toutes les bourses ; l’art comme partie prenante de la décoration d’intérieur se démocratise. Fort de son succès, un nouvel espace à ouvert  dans le très réputé Dan Design Center, à Bnei Brak, en plein centre du design et de la décoration.
Ce mardi 26 avril aura lieu une présentation de l’artiste Bazooka Joe et de ses œuvres, autour de sa nouvelle exposition « De là à ici », mise en scène par le très réputé danseur et chorégraphe israélien Ido Tadmor. Le peintre, un homme qui a grandi entre des tontes de gris au noir, accompagné par des prostituées régulières dans un monde plein de drogues dures, avec pour paroxysme le crime et la prison où il y passera la moitié de sa vie.
Comment une personne se trouvant en bas de l’échelle, au passé sombre et si dur, devient l'un des artistes les plus prometteurs de l'art contemporain ? Comment en sept années, il est devenu un soutien pour les toxicomanes et les sans-abri ? Comment une personne exclue de la société, un enfant non désiré, est devenu l'un des artistes les plus désirés de Tel Aviv ? C’est par ses nombreuses expositions et ses toiles vendues – dont une de ses œuvres a été vendue aux enchères chez Tirosh –, en passant par l’intérêt de collectionneurs et du public.
Cette exposition met en exergue l’évolution créative de l’artiste durant ces sept dernières années, qui n’ayant pas étudié la technique de peinture de façon formelle, laisse exprimer son œil avisé et son inspiration. Inspiré notamment par Pablo Picasso,  Frida Kahlo et Jean-Michel Basquiat – des artistes également connus pour leur grave problème de toxicomanie – Bazooka Joe s’est crée un univers unique, développé autour de personnages du « troisième sexe ». Dans sa conception, l’homme et la femme ne font qu’un, et ne constitue en ce sens qu’une seule et même personne.

Expérience visuelle exceptionnelle, il est préférable de réserver sa place à l’avance car l’espace est limité en place.

Mardi 26 avril à 19h30
Abarbanel street 38, Florentin Tel Aviv
Sur réservation, nombres de places limitées
Téléphone : 03-652-6061

Under A Thousand :
60 rue Abarbanel, Florentin, Tel Aviv, Téléphone: 03-652-6061
2 rue Leh’’i, Dan Design Center, Bnei Brak, Téléphone: 03-642-1199


SaHaD
(Article publié dans le blog Times of Israel)

Wednesday, 20 April 2016

NOUVELLE STATION À L'ANCIENNE GARE ROUTIÈRE DE JÉRUSALEM : « LIFE IS BEAUTIFUL », L'EXPOSITION DE DAN GROOVER ET MORDELI DU 25 AVRIL AU 12 MAI 2016 by SaHaD

Ajouter une légende
Réaménagée pour accueillir restaurants, boutiques, concerts et spectacles, l’ancienne gare routière de Jérusalem accueille dans ce cadre si particulier de la ville, la nouvelle exposition « Life is Beautiful » de l’artiste de Pop Art israélien Dan Groover et de son ami sculpteur Mordeli. En cette période de fêtes entre ‘Hol haMoed Pessa’h, Yom Yerushalaïm et Yom haAtsmaout, l’ancienne gare s’habille d’art et de couleurs avec des œuvres grandeur nature. Tout le long des allées principales de la Ta’hana, c’est l’histoire d’Israël qui va être exposée, cette histoire moderne d’u pays inscrite dans les pérégrinations ancestrales en cette période de Pessa’h. Dans des techniques très contemporaines, les deux artistes ont cette même volonté d’aller puiser dans ce qui fait la particularité de la terre et de l’histoire, pour les porter aux couleurs d’aujourd’hui.
En plus de l’exposition, un Art Shop ouvre ses portes près de l’allée des rails, face à l’entrée Derekh Beit Le’hem-Emek Refaïm. La nouvelle boutique propose des œuvres d’artistes israéliens peintres et sculpteurs à petits prix, avec la possibilité pour les amateurs d’art de découvrir des œuvres originales. Tous les artistes et artisans sont invités à venir faire connaître leurs créations dans ce nouvel espace Art’Drenaline. Des Happening, concerts, expositions et stands sont programmés pour tout l’été !
Nouvelle rencontre de l’art et de la culture, l’ancienne gare routière de Jérusalem ajoute une corde à son arc pour le plaisir des visiteurs de la ville éternelle.


 SaHaD
(Article publié dans le Futé Magazine)

Monday, 18 April 2016

“LIFE IS BEAUTIFUL ” (החיים יפים), DAN GROOVER & MORDELI'S OUTDOOR EXHIBITION AT THE OLD TRAIN STATION IN JERUSALEM, BETWEEN APRIL 25TH AND MAY 12TH, 2016 by SaHaD

Invitation for the exhibition "Life is Beautiful" by Dan Groover & Mordeli
There is spring in the air, like a taste of freedom over the country, the time of the new man. From exile to deliverance, it’s Pesach time! It’s the time of now and the time of hope. “Life is beautiful” (“יפיםהחיים “, “Life is beautiful” in Hebrew language in the original) is the song of victory, the song of crossing the Red Sea with one destination in mind, Eretz Israel.
Between Chol HaMoed Pesach and Yom HaAtzmaut, the Israeli Pop Art artist Dan Groover chose to flood with colors and art forms the entire space of the old bus station in Jerusalem; three weeks of celebration for the largest outdoor exhibition of the Israeli capital. Works representing the station, then connecting the beautiful Jerusalem to the young Tel Aviv, in scenes depicting the last century, stories of the exodus and the arrival, including a colorful cast of characters that made a dream come true – a contemporary Haggada recorded in a narrative that begun more than 2000 years ago. Dan Groover, joined by his friend Mordeli, will exhibit his stone and metal sculptures in an approach rooted in the materials and ambiences coming from the land – a modern pioneer with his resolute and contemporary thought. Singular stones in unusual shapes are leaving the hills of Ofra and join the rails of the Tachana in sharing with the visitors their story-filled forms.
For the entire duration of the exhibition and until the end of the year, the new Art’Drenaline Work Shop opens its gates at the entrance to the Tachana (next to Derech Beit-lechem and Emek Refaim), offering to the public original creations at attractive prices (also available online at www.israelmodernart.com) and thus creating a direct link between visitors and the artists of the local and national stage.  


SaHaD

(Article published in the blog Times of Israel) 

Sunday, 17 April 2016

« LIFE IS BEAUTIFUL» (החיים יפים), EXPOSITION À CIEL OUVERT DE DAN GROOVER ET MORDELI À L'ANCIENNE GARE ROUTIÈRE DE JÉRUSALEM, DU 25 AVRIL AU 12 MAI 2016 by SaHaD

Invitation de l'exposition "Life is Beautiful" by Dan Groover & Mordeli
C’est un air de printemps qui se joue dans le pays comme un goût de liberté, l’année de l’homme qui se renouvèle. De l’exil à la délivrance, c’est le temps de Pessa’h. Le temps de l’urgence et le temps de l’espoir. « Life is beautiful » (« החיים יפים », « La vie est belle »), c’est le chant de la victoire, celui de la traversée de la mer Rouge, avec pour direction unique Eretz Israel.
De ‘Hol haMoed Pessa’h à Yom haAtsmaout, l’artiste de Pop Art israélien Dan Groover a choisi d’inonder de couleurs et de créations l’espace entier de l’ancienne gare routière de Jérusalem ; trois semaines de festivités pour la plus grande exposition à ciel ouvert de la capitale israélienne. Des œuvres représentant la gare reliant alors Jérusalem la belle à la nouvelle Tel Aviv dans des scènes du siècle dernier, des histoires d’exode et d’arrivée, comptant les personnages hauts en couleur qui ont rendu un rêve réalité – une Hagada contemporaine inscrite dans un récit qui a commencé il y a plus de 2000 ans. Dan Groover sera accompagné de son ami Mordeli à exposer ses sculptures de pierre et de métal, dont la démarche s’enracine dans des matériaux et des ambiances venues de la terre – tel un pionnier d’aujourd’hui, à la pensée résolument originale et contemporaine. Des pierres uniques aux formes particulières vont quitter les collines de Ofra pour se joindre aux rails de la Ta’hana, pour partager avec les visiteurs leurs formes riches d’histoires.
Pendant toute la période de l’exposition, et jusqu’à la fin de l’année, le nouveau Work Shop Art’Drenaline, ouvre ses portes à l’entrée de la Ta’hana (côté Derekh Beit Le’hem et Emek Refaïm), pour proposer au public des créations originales à des prix attractifs (également en vente sur le site : www.israelmodernart.com), et créer ainsi un lien direct entre les visiteurs et les artistes de la scène locale et nationale.

SaHaD
(Article publié dans Le Petit Hebdo)

A STORY OF WOMEN, “SCENT OF A SECRET” THE ODELIA ELHANANI'S EXHIBITION by SaHaD

by Odelia Elhanani
From Thursday, March 31, and until Saturday, April 23, the Zaritsky Artists’ House in Tel Aviv welcomes the new solo exhibition of the artist Odelia Elhanani, “Scent of a secret”, a critical cultural dialogue.
Inspired both by “The Gleaners”, a painting by Jean-François Millet (1857), and contemporary pictures of Indian women captured by tourists, the key feature of the exhibition is a huge tapestry embroidered over several months by the artist together with a group of Bedouin women from the village of Lakiya. The Indian laundrywomen, the embroiderers of Lakiya and the sheets scattered on the floor of the gallery belong to women who have relinquished the “secret”. At the center of the composition emerges a river, its beginning embroidered on the tapestry, and flowing into the laundry deposited along the floor.
Painting and photography merge in a past belonging to the present and where East and West come together in these slow feminine movements, unchanged in time and place. The image moves from top to bottom, the visual art intellectualized by the hard work of the women’s hands. Washed in the waters of the river, enveloping the viewer in a strong smell – the clean and pure smell of powder detergent; this is the story of laundrywomen and embroiderers, of women in general.


SaHaD
(Article published in blog Times of Israel)

Thursday, 7 April 2016

« LES PARFUMS DU SECRET », AVEC ODELIA ELHANANI by SaHaD

Séance de travail au village

Depuis le jeudi 31 mars, et jusqu’au 23 avril, se tient à la Maison des Artistes de Tel Aviv, la nouvelle exposition personnelle de l’artiste Odelia Elhanani, « Les parfums du secret », un dialogue culturel critique envers le slogan publicitaire de la marque israélienne de lessive Sod (Nota Bene : « ניחוחב הוא הסוד », « Le secret est dans le parfum »). Plus le spectateur pense aux propos du slogan, plus un sentiment d’inconfort se fait sentir. Quel « secret » (« סוד » en hébreu), le parfum est-il censé cacher ?
La pièce maîtresse de l'exposition est une énorme tapisserie brodée sur plusieurs mois par l'artiste en collaboration avec un groupe de femmes bédouines du village de Lakiya dans le sud d'Israël. L'image inspirant la tapisserie est une combinaison de la peinture bien connue Les Glaneuses (1857) par Jean-François Millet, avec des photographies touristiques contemporaines de femmes en Inde. Les blanchisseuses indiennes, les brodeuses de Lakiya et les draps éparpillés sur le sol de la galerie appartiennent à des femmes qui se sont dessaisies du « secret ». Au centre de la composition se dessine la rivière, son commencement est brodé sur la tapisserie, et elle continue dans le courant du linge déposé le long du plancher. Peinture et photographie se confondent dans un passé appartenant au présent et où Orient et Occident ne font qu’un dans ces gestes lents, immuables de toutes les femmes, de toutes les époques et dans toutes les terres. L'image se déplace du haut vers le bas, l’art plastique intellectualisé au travail manuel des femmes. Lavés dans les eaux du fleuve, enveloppant le spectateur dans une forte odeur – l’odeur claire et pure de la lessive en poudre ; ceci est l'histoire des blanchisseuses et des brodeuses, et des femmes en général.

*Les photographies sont tirées du processus de travail dans le village de Lakiya.

31.03.2016 – 23.04.2016
La Maison des Artistes
Al’harezi 9, street
Tel Aviv

SaHaD
(Article publié dans le Futé Magazine n°227)